Mathieu Lallemant et CLAZAÉ RH vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2018 - CLAZAÉ RH
6244
post-template-default,single,single-post,postid-6244,single-format-standard,mkd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,onyx-ver-1.6.1,vertical_menu_enabled, vertical_menu_left, vertical_menu_width_290,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Mathieu Lallemant et CLAZAÉ RH vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2018

Mathieu Lallemant et CLAZAÉ RH vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2018

« La vie est une curieuse hirondelle coincée dans une vilaine poubelle : c’est là qu’elle palpite et cesse d’être belle. Vous n’avez rien saisi. Je le sens. Je reformule et esquisse la phrase. C’est simple. La vie est un voyage peu ou prou incertain. Un voyage plein de turbulences. Des turbulences associées ou non à des intempéries. Des intempéries impétueuses provoquées par la curiosité et la cruauté humaines.

 

C’est toujours long, dites-vous. Ce n’est pas de ma faute. C’est la faute au langage. Alors, en un mot, si c’est vraiment possible de le dire en un mot : la vie est un voyage plein de haut-le-cœur provoqués par des secousses mortelles, il faut toujours savoir s’accrocher. Il ne faut surtout pas lâcher prise, sinon on se trouve à la merci du vent ou de la tempête. Et on finit à la poubelle comme un minable déchet. Oui, exactement comme un foutu déchet. J’ignore si c’est un déchet recyclable, biodégradable ou autre. N’importe. J’imagine tout simplement que personne ne voudrait devenir un déchet. Parce qu’un déchet pose toujours problème dans la société : on se dispute entre frères, entre voisins, entre quartiers puis entre villes et ça ne s’arrête pas.

 

C’est dangereux de devenir un déchet à l’heure actuelle. Et je sais tout simplement qu’en se laissant transbahuter par le cours des évènements, on devient le pire déchet qui soit. Parce que le vent qui nous emporte n’a pas de lois, ni de règles, ni d’ordres auxquels obéir sur terre. Il faut donc s’accrocher et apprendre à être actif. Enfin, c’est ce que je pense, moi. Mais quelqu’un d’autre peut vous dire le contraire. Je ne vous impose pas mon opinion. Loin de là. Je peux vous dire aussi ce que j’ai entendu dans le cercle familial ou de mes amis sur ce sujet. La vie est également une sorte de concours de danse : tout le monde se précipite dans la piste pour montrer son talent. Mais à qui ? Je ne sais pas. Vous pensez que c’est une réflexion féminine. Eh bien, les hommes aussi se livrent à une espèce de compétition : ils se déchirent pour montrer les leurs. « Un coq que vous n’avez pas entendu chanter à l’aube, c’est qu’il a été mangé par un chat », me disait ma maman. »

 

Extrait de Mon étincelle. Ali Zamir. 2017, Éditions Le Tripode.

 

Pas de commentaire

Les commentaires sont désactivés.